Ste-Agathe   Le coeur des Laurentides



  English


  Español










Hébergement



Restaurants



Annuaires



Immobilier

  Les Annuaires
  La Météo


Page
Principale

Voyez
Mt-Tremblant

Voyez
St-Donat

Voyez
St-Jovite

Le Circuit Patrimonial à Ste-Agathe
Voyez la liste des maisons au bas de la carte




 
  1. Le lac des Sables
  2. La maison J.A.-Prendergast
  3. La maison Évariste-Chénier
  4. Le magasin Laurentien
  5. La maison Herméline-Cloutier
  6. La paroisse catholique de Sainte-Agathe
  7. Le magasin de grains Dugal
  8. La boulangerie Fournelle-Boivin
  9. La maison Louis-Sauvé
  10. La maison Joseph-Villeneuve
  11. Le magasin Cyrille-Guindon
  12. La paroisse anglicane Holy Trinity
  13. La pharmacie Edmond-Grignon
  14. Le magasin Donat-Godon
  15. L'ancien bureau de poste
  16. La maison Villa-Crystal
  17. L'hôtel Bellevue
  18. Le magasin Joseph-Doré


Image du lac des Sables 1. Le lac des Sables

Le lac des Sables constitue à n'en pas douter le premier joyau du patrimoine de Sainte-Agathe-des-Monts. C'est sur ces rives qu'a pris naissance la ville et qu'elle s'y est développée. Sa beauté et le paysage environnant ont attiré depuis plus de cent ans villégiateurs et visiteurs. Les villas implantées sur son pourtour sont là pour en témoigner. Le lac des Sables que l'on disait habité par un étrange animal marin demeure le point de rassemblement pour plusieurs activités civiques et sportives. On peut y voguer sans peine à bord des croisières qui font découvrir la qualité de ses eaux, la beauté de ses paysages et l'histoire de ceux qui ont voulu s'y rapprocher.

Retour à la liste

Maison Prendregast 2. La maison J.A.-Prendergast
6 Sainte-Lucie.

Exemple de ces villas de prestige érigées en bordure du lac des Sables pour les financiers de Montréal, la villa a été construite en 1900 pour J.A. Prendergast, le gérant général de la banque d'Hochelaga. Son architecture recouverte de stuc avec ses pignons et ses éléments décoratifs "Stick Style" témoigne des formes en vogue dans l'architecture privée du début du siècle. Un gazébo était autrefois intégré à la galerie située du côté du lac comme il était d'usage.

Constituant l'une des rares villas du centre-ville, on fit de l'hébergement pour le Laurentide Inn, un hôtel réputé dans les années 1940. La villa abrite un restaurant.
Retour à la liste

Maison Chénier 3. La maison Évariste-Chénier
18 Principale ouest

Une maison est construite en bois en 1895 pour servir de maison de village pour le cultivateur Évariste Chénier. Ayant laissé sa terre à son fils Alexis, Évariste Chénier et son épouse vont ainsi se rapprocher du village et de l'église. Son architecture rappelle l'habitat villageois courant à Sainte-Agathe-des-Monts. Un cuisinier de l'hôtel Chez Maurice, situé autrefois à proximité, habita les lieux. La galerie a été ajoutée par la suite de manière à profiter des conditions climatiques qui ont fait la réputation de l'endroit. La maison abrite aujourd'hui un restaurant.
Retour à la liste

Magasin Laurentien 4. Le magasin Laurentien
1-3 Principale est

Un bâtiment en brique à deux étages est érigé vers 1897 pour loger un grand commerce de mercerie; on parle alors de Dry Goods Store.

L'architecture est d'esprit "Queen Ann" comme d'autres édifices de Sainte-Agathe-des-Monts à la même époque. Le commerce, réparti sur deux surfaces adjacentes, dispose d'un entrepôt sur la rue Saint-Vincent. Le propriétaire se nomme C. Euclide Forget, un ancien marchand qui fut également maître de poste et grand propriétaire foncier; il réside à l'étage qui s'ouvre sur une galerie en façade.

Magasin Laurentien Le magasin Laurentien aura une réputation qui dépassera largement les limites de Sainte-Agathe-des-Monts. L'édifice échappe à l'incendie qui dévasta la rue Saint-Vincent en 1907. Ayant subi de nombreuses transformations souvent malheureuses; l'édifice, où loge un restaurant, a fait l'objet récemment de travaux de rénovation qui lui ont rendu son cachet ancien.
Retour à la liste

Maison Cloutier 5. La maison Herméline-Cloutier
33 Principale est

La veuve du marchand Louis Alcide Filiatrault, Herméline Cloutier fait entreprendre la construction de sa nouvelle résidence en 1894 tout près du terrain de l'église.

La maison en bois, avec son pignon en façade et sa large galerie sur trois côtés, présente plus les attributs d'une villa que d'une maison villageoise. Les poteaux tournés de la galerie couverte, les encadrements des ouvertures ainsi que la finition intérieure en bois à l'étage concourent à son caractère pittoresque. La maisone est laissée à Clovis Beaulieu en 1915, le gendre de la veuve Filiatrault. Elle a conservé la plupart de ses caractéristiques d'intérêt.
Retour à la liste

Eglise de Ste-Agathe 6. La paroisse catholique de Sainte-Agathe
37-41 Principale est

Après avoir été desservie par voie de mission, la paroisse de Sainte-Agathe est créée en 1861. Une chapelle-presbytère est construite et une église en bois plus vaste est érigée vers 1865 pour desservir la population. Elle-même jugée inadéquate au début du siècle, on entreprend en 1905 la construction d'une grande église en pierre munie de deux hautes tours; les plans sont des architectes Gauthier et Daoust de Montréal.

L'édifice qui s'inspire, dit-on, de l'architecture de l'archidiocèse de Paris, emprunte au style "Néo-roman" avec ses ouvertures cintrées et ses tours à créneaux. En raison s'un problème structural, les tours ont été abaissées de quelques mètres sans conpromettre l'apparence de l'église.

Presbytère de Ste-Agathe Le presbytère en brique à l'ouest a été construit en 1928 pour remplacer le presbytère antérieur en bois détruit lors d'un incendie. Son architecture est remarquable et présente une grande intégrité. À noter les gargouilles qui permettent d'évacuer les eaux de pluie. Le cimetière, localisé derrière l'église, renferme de nombreux monuments anciens qui témoignent des premiers occupants de la ville.

Gargouille

Retour à la liste

Le magasin de grains Dugal 7. Le magasin de grains Dugal
3 Sainte-Agathe

L'ouverture de la rue Sainte-Agathe (anciennement rue Saint-Amable) s'inscrit à la limite de la terre de l'ancien hôtelier Amable Godon dont on réalise le morcellement en 1894. Une boutique appartenant à un nommé H. Vanier se dresserait sur ce côté de la rue vers 1900. Une maison en bois à un étage et demi est implanté à proximité peu de temps après. Elle subira de profondes transformations lorsqu'elle sera occupée par le commerce de grains Dugal et deviendra magasin général. Les travaux de rénovation effectués pour la clinique vétérinaire ont, par leur simplicité et leur équilibre, permis de faire découvrir un bâtiment d'intérêt.
Retour à la liste

La boulangerie Fournelle-Boivin 8. La boulangerie Fournelle-Boivin
32-34 Sainte-Agathe

Sur les lots 19 et 20 de la terre récemment ouverte au lotissement, le cultivateur Félix Giroux a construit, vers 1897, une maison de bois avec une galerie sur trois côtés. Elle est vendue au boulanger J. Adonaïe Fournelle en 1902 et ce dernier y aménage une boulangerie adjacente.

Les bâtiments et l'équipement sont cédés au boulanger Joseph Boivin en 1921 et la boulangerie BOIVIN occupe les lieux depuis cette date.

Un revêtement en brique a modifié l'apparence de la boulangerie sur la rue Sainte-Agathe. Des travaux de rénovation récents ont mis en valeur les qualités architecturales de cet édifice.
Le magasin Cyrille Guindon
Retour à la liste

La maison Louis-Sauvé 9. La maison Louis-Sauvé
38 Sainte-Agathe

L'hôtelier Louis Sauvé, le gendre d'Amable Godon, fait construire au début du siècle une maison en brique comportant une galerie sur trois côtés et un balcon à l'étage. Comme la maison occupe un coin de rues, elle comporte des entrées sur chacune mais l'accès principal donne sur la rue Sainte-Agathe. La maison est acquise en 1918 par l'agent de gare du Canadian Pacific, Alvin Kempffer. Elle a conservé depuis lors une grande intégrité soulignée par sa toiture en tôle embossée et les éléments décoratifs de sa galerie.
Retour à la liste

La maison Joseph-Villeneuve 10. La maison Joseph-Villeneuve
10-12 Préfontaine est

Le marchand Joseph Amyot dit Villeneuve et son épouse, Donalda Giroux, font l'acquisition en 1901 du lot 104 de la terre d'Amable Godon. Ils font ériger peu de temps après une grande maison en bois comportant une galerie et coiffée d'une toiture cruciforme.

L'architecture est celle des maisons bourgeoises du début du siècle. Les galeries et balcons sont fermés et vitrés à la manière des solariums lorsque la maison hébergera des patients venus se refaire une santé. Sainte-Agathe-des-Monts est réputée alors pour ses sanatoriums. Plusieurs résidences privées hébergeront de tels patients.
Retour à la liste

Le magasin Cyrille Guindon 11. Le magasin Cyrille-Guindon
112 Saint-Vincent

Ce vaste magasin en brique à deux étages est construit peu après 1900 pour le marchand Cyrille Guindon. L'édifice comporte alors un parapet ornementé d'un fronton et est remarquable avec ses nombreux éléments décoratifs de l'architecture "à l'italienne". Cette architecture est alors populaire dans les édifices commerciaux. Le bureau de poste occupera les lieux aux début des années 1910. Le commerçant de bois Cyrille Guindon cède l'édifice en 1930 au marchand Rodrigue Touchette.

Appartenant par la suite à la famille Antonio Touchette, l'édifice sera occupé ultérieurement par l'imprimerie de J.A. Belhumeur. Malgré la disparition du parapet à fronton et du balcon de bois, l'édifice présente toujours plusieurs caractéristiques d'intérêt.

Le magasin Cyrille Guindon
Retour à la liste

La paroisse Holy Trinity 12. La paroisse anglicane Holy Trinity
12 Préfontaine ouest

L'histoire de l'église protestante débute avec le don par un ancien maire de Montréal, R. Wilson-Smith, d'un emplacement au nord de la rue Préfontaine pour son établissement. La première est érigée en 1899 à partir d'un bâtiment démonté et remonté. Cette église en bois est déplacée sur le site actuel en 1910. Le presbytère est acquis en 1911. On opte en 1926 pour la construction d'un nouveau temple avec un décor intérieur dans l'esprit des temples anglicans de campagne avec ses boiseries et sa charpente apparente; l'extérieur est revêtu de crépi. L'ancienne église est déplacée sur la rue Préfontaine et transformée en Meeting Hall. Une nouvelle salle l'a remplacé par la suite.
Retour à la liste

La pharmacie Edmond-Grignon 13. La pharmacie Edmond-Grignon
9-11 Tour du Lac

Le médecin écrivain Edmond Grignon, celui-là même qui a relaté les 50 premières années de l'histoire de Sainte-Agathe-des-Monts, fait ériger au cours des années 1900 un édifice devant lui servir de bureau et de commerce de pharmacie. La résidence du médecin se situe alors à quelque distance à l'arrière. L'édifice en bois se veut tout à fait moderne. L'abondance des éléments décoratifs "à l'italienne", utilisés fréquemment dans l'architecture commerciale, témoigne de ce phénomène qui apparaît assez tôt à Sainte-Agathe-des-Monts. Les enfants du pharmacien exerceront par la suite la profession de leur père. La rénovation de l'édifice, pour l'implantation d'un restaurant, a permis de mettre en valeur ses principales qualités architecturales.
Retour à la liste

Le magasin Donat-Godon 14. Le magasin Donat-Godon
78 Saint-Vincent

Un vaste magasin à deux étages est construit vers 1890 pour le marchand de chaussures Donat Godon. C'est à son intention que la rue Saint-Donat a été nommée lorsque son père, Amable Godon, a fait en 1894 le morcellement de sa terre pour permettre l'expansion de la ville. Donat Godon fera sa résidence à l'étage au-dessus du magasin ce qui justifie le traitement apporté à ce niveau.

Malgré sa vocation commerciale, l'édifice présente les attributs de la maison bourgeoise d'influence "Queen Ann" avec ses galeries, son toit à plusieurs versants et sa tourelle. La proximité du lac des Sables a peut-être inspiré l'architecte. L'édifice sera laissé en héritage en 1938 à René Daoust et possédé pendant plusieurs années par cette famille. Les travaux de rénovation ont mis en valeur ses principaux attributs. Une boutique de cadeaux occupe les lieux.
Retour à la liste

L'ancien bureau de poste 15. L'ancien bureau de poste
83 Saint-Vincent

La décision de doter Sainte-Agathe-des-Monts d'un édifice pour loger le bureau de poste est prise au début des années 1910. C'est un bâtiment à l'architecture tout à fait nouvelle que l'on voit s'ériger un peu avant 1916. Avec sa large corniche en pierre et surtout son parapet supporté par quatre colonnes, les emprunts à l'architecture des antiquités grecque ou romaine sont évidents. C'est la nouvelle apparence de solidité millénaire que l'on donne également aux banques à la même époque. Outre un agrandissement par l'arrière, l'édifice subit relativement peu de transformations et abrite dorénavant la bibliothèque municipale.
Retour à la liste

La maison Villa-Crystal 16. La maison Villa-Crystal
2 Tour du Lac

Le maître de poste H. Avila Belisle qui est également commerçant fait ériger en 1899 une grande maison qu'il entend utiliser comme résidence. La proximité des rives du lac des Sables va l'inciter peut-être à la doter d'une architecture "Queen Ann" associée à la villégiature et aux grandes maisons bourgeoises du début du siècle. Elle est laissée en 1901 aux héritiers du conseiller législatif Wilfrid Prévost mais l'hôtelier H. Avila Belisle continuera cependant d'occuper la maison qui échappe à l'incendie sur la rue Saint-Vincent en 1907. Elle sera probablement transformée en villa lorsqu'acquise par Jérome Hirschberg en 1916. Des travaux d'entretien exécutés avec soin ont mis en valeur l'édifice abritant une boutique de vêtements.
Retour à la liste

L'hôtel Bellevue 17. L'hôtel Bellevue
52-56 Saint-Vincent

L'hôtelier Isaac Guindon fait entreprendre peu après 1895 la construction de l'hôtel Bellevue; un édifice en bois à trois étages décoré "à l'italienne" comme il est de bon ton dans l'architecture commerciale. On y aménage une salle d'échantillons réservée aux marchands locaux. L'hôtel Bellevue est acquis par Joseph Forget en 1905 et subit des dégâts importants lors de l'incendie qui dévaste quelques édifices de la rue Saint-Vincent en 1907.

Rétabli en respectant son architecture antérieure, l'hôtel est vendu en 1920 à William Morin qui y tiendra l'hôtel Morin pendant plus de vingt ans. L'édifice, connu comme l'hôtel Lac des Sables, sera dépouillé de ses galeries et de son ornementation au cours des années 1960. Les travaux de rénovation du restaurant lui ont rendu son apparence d'antan.

L'hôtel Bellevue
Retour à la liste

Le magasin Joseph-Doré 18. Le magasin Joseph-Doré
37-39 Saint-Vincent

Le menuisier Joseph Doré fait l'acquisition en 1913 d'une portion de l'emplacement de l'ancien hôtel Belmont et y fait ériger un édifice commercial en brique à trois étages. Les étages supérieurs servent à des fins d'habitation. L'édifice présente des formes architecturales "à l'italienne"; les exemples foisonnent, à l'époque, sur les rues Saint-Vincent et Principale. Les bâtiments sont dorénavant construits en brique. La galerie couverte, accrochée à l'étage, permet au propriétaire de profiter d'un espace extérieur protégé. La corniche cintrée qui couronne la façade constitue une caractéristique régionale. Le restaurateur Charles Bitsos y tient son Ice Cream Parlor dans les années 1920. La rénovation de l'édifice qui abrite un magasin d'aliments naturels a permis de souligner plusieurs détails de son architecture.
Retour à la liste

Gestion du site par: Service Informatique Pierre Forget
Tous droits réservés